...le label de Sniper, Desh Musique. Début de consécration pour ce mordu de rap qui a fait son chemin, de Mulhouse à Paris, et trouvé, ici comme là-bas, des fidèles. Dix ans après les premiers pas de Napo’and Co, groupe mulhousien avec lequel il avait connu quelques succès, c’est en solo, mais solidement épaulé par l’équipe parisienne de Desh Musique, que Say.C réalise le rêve de tant de musiciens. Un album, un vrai, de 15 titres, distribué comme il se doit, diffusé en radio (celles en tous cas où le rap a droit de cité, et notamment ECN dans la région. Les généralistes suivront...) et désormais décliné en clip pour le titre Fille, tu as grandi, diffusé sur M 6 et MCM. Un album qui marche bien, fort de l’engouement grandissant pour le rap, le hip hop et le R’n B, genres désormais ultra-vendeurs. Say.C est présent aussi sur la première compilation « Hip hop Raï » de 2003 avec Djenna et Il va falloir lutter. Parmi ses mentors et influence importante, M.C. Solaar, et avec qui il a tourné déjà, Démocrates D, Alliance Ethnik, tous aujourd’hui devenus ses amis... Entre Paris, Mulhouse, Strasbourg et Marseille, Say.C s’est trouvé son axe : « Je me sens chez moi partout, à New York comme « au quartier ».

Sa « garde rapprochée » mulhousienne, amis de vingt ans, se rappelle qu’il singeait Michaël Jackson en « yaourt » et battait la mesure sur la table depuis tout petit... Depuis tout petit aussi, Azzedine est de « forte corpulence » : c’est pour cela qu’il est envoyé en cure en Bretagne à treize ans. Il en revient amaigri et passionné de ce rap qu’on lui a fait découvrir. Il ne cessera dès lors de cultiver ce goût, en même temps qu’une grande curiosité des gens et des situations : né aux Coteaux, son premier terrain d’observation, puis grandi « en ville », dans le bistrot de papa avenue de Colmar, second formidable observatoire, Say.C absorbe ces environnements. Ils sont le théâtre de « L’heure est proche », album très autobiographique et très sensible, chanté souvent en arabe. Influencé aussi par un grand frère qui aimait la poésie, ce grand bonhomme écrit des textes percutants, positifs et drôles qui le dévoilent à merveille : sous la cuirasse un coeur énorme. Il rêvait d’être paléontologue... En septembre, c’est au Zénith qu’il sera, entouré de la crème du rap français. Mais c’est au Noumatrouff où il venait assouvir sa curiosité musicale (Macéo Parker l’avait enchanté...) qu’il aimerait fêter le succès de son album...

source DNA édition 17 aout 2004

Say-c